six expositions européenne à ne pas manquer


Du 11 Août au 16 Août 2010. ce qui c'est passé
En faite selon le journal Nice matin c'était une arnaque qui devait apporter entre 30 000 à 100 000 € à l'organisateur qui soit disant devait déjà faire une année de prison, voir l'article: Ce Nîmois de 54 ans avait organisé un faux vernissage de prestige à la capitainerie du Vieux-Port. Peut-être que, comme dans la chanson, il aurait voulu... être un artiste. Mais à défaut, il est devenu escroc. Un talent de faussaire de la persuasion qui ne l'a pas conduit dans les cimaises des galeries, mais en prison. Déféré hier au Parquet de Grasse, un Nîmois de 54 ans est maintenu en détention. Il devra d'abord purger une peine de 1 an, pour laquelle il faisait l'objet d'une fiche de recherche. Mais c'est pour une autre affaire que cet aigrefin présumé a fréquenté le commissariat de Cannes, durant les 48 dernières heures. Avec sa société « Cannes art fair », il était censé organiser une grande exposition, du 11 au 16 août dans le salon de la capitainerie du vieux port (voir Nice-Matin de mercredi dernier). Pour démarcher ses clients, notamment par Internet, (avec le travail du malheureux jean-Claude Guillermain) « l'art-naqueur » avait tracé un tableau idéal : Cannes, la French Riviera, l'été touristique, une vente aux enchères, un catalogue avec des cotations, et même la présence des artistes locaux Combas et Peter Klasen ! Une expo en trompe-l'oeil. De fait, plus d'une centaine de victimes ont mordu à l'hameçon, dont une soixantaine d'artistes qui lui avaient laissé des oeuvres en expo-vente. En fonction du stand octroyé, ceux-ci s'acquittaient d'un montant de 500 à 1 800 €. Leur soudoyeur comptait en tirer un bénéfice pouvant atteindre 30 000 à 100 000 €. Deux jours de mise en place étaient prévus lundi 9 et mardi 10. Mais l'organisateur leur a fait évidemment faux bond. De quoi se rendre rapidement compte que l'expo n'était qu'un trompe-l'oeil ! Ceci dit, l'homme a répondu à la convocation de la police, d'où son interpellation. Coïncidence, le suspect a été auditionné par un officier de police qui n'est pas le premier amateur venu en matière d'art. Et l'enquêteur de s'apercevoir que son interlocuteur n'y connaissait rien ! La grande illusion a donc tourné court. Mais les investigations se poursuivent


Maintenant je fais plus attention et je ne travaille qu'avec des gens sérieux.